Isabelle Noury redécouvre le fil et l'aiguille par hasard... enfin presque, et brode à la main, toujours à la main, dans la patience infinie du temps retrouvé. Dans l'incessant déploiement des fils de coton, laine, lurex, lin, chanvre, raphia ou soie, elle épanouit sa créativité à la source vivifiante de la peinture, de la poésie et des arts, des autres et du monde contemporain, pour honorer et métamorphoser les gestes antiques et fondateurs des générations brodantes.

Isabelle Noury expose Continents Rouges, 1ère série brodée sur carrés de toile métis ancienne et dévide l'écheveau pour Fossiles, 2ème série sur toile ancienne où s'opère la bascule de l'Origine du Monde au Monde des Origines.

Isabelle Noury incruste le fil noir sur lin immaculé pour Dedans/Dehors qui expérimente les toiles tendues sur châssis, et la série Traces.

Elle médite en couleur des paysages imaginaires Ailleurs, Là avant de tracer les cercles magiques de L'Heure Exquise, reflets de lune verlainiens.

Après les hublots de Mer en Vue, les expérimentations de Miniatures et les méandres de Labyrinthes, la brodeuse laisse les couleurs jaillir, les points varier et les matières s'apparier dans ses séries suivantes Eclats et Du Coeur Sauvage.

L’antique Gorgone, polymorphe et renaissante, s’expose en 20 Faces de Méduse, dont le verso secret se trame dans Tendre, le jour .

Envol ouvre à l'explosion des couleurs et des volumes tandis qu'Enigmes fait surgir des alphabets de signes inconnus.

Talismans s'offre ironiquement à contrer l'immobilité mortifère des confinements avant que ne se déroulent les longs phylactères poétiques d'Anise Koltz de la série en cours Cage de Liberté.

Expositions