Isabelle Noury redécouvre le fil et l'aiguille par hasard... enfin presque, et brode à la main, toujours à la main, dans la patience infinie du temps retrouvé. Elle épanouit sa créativité à la source vivifiante de la peinture, de la poésie et des arts, des autres et du monde contemporain.

Isabelle Noury expose Continents Rouges, 1ère série brodée (n° 321, DMC) sur carrés 15X15 de toile métis ancienne et dévide l'écheveau (n° 3782, DMC) puis Fossiles, 2ème série sur toile ancienne où s'opère la bascule de l'Origine du Monde au Monde des Origines.

Isabelle Noury incruste le fil noir (n°310, DMC) tiré des bobines et bobineaux sur vieux lin immaculé pour Dedans/Dehors qui expérimente les toiles tendues sur chassis, et la série Traces.

Elle médite en couleur des paysages imaginaires dans la série Ailleurs, Là avant de tracer les cercles magiques, sur vieille toile de lin, de L'Heure Exquise, reflets de lune verlainiens.

Après les hublots de Mer en Vue, les expérimentations de Miniatures et les méandres de Labyrinthes, la brodeuse laisse les couleurs jaillir, les points varier et les matières s'apparier dans ses séries suivantes Eclats et Du Coeur Sauvage.

L’antique Gorgone, polymorphe et renaissante, s’expose en 20 Faces de Méduse, dont le verso secret se trame dans Tendre, le jour .

Isabelle Noury travaille et montre, expose et brode, dans l'incessant déploiement des fils de coton, laine, lurex, lin ou soie, avec des projets dans la tête et les mains : élargir les formats, superposer les textiles, les laisser flotter au vent, intégrer fibres et matériaux divers, expérimenter la 3D, pour métamorphoser les gestes, antiques et fondateurs, des générations brodantes.

Expositions